Connaissez-vous Guinter Kahn, co-inventeur du Minoxidil ?

Anthony Chauves de la semaine, Portraits Laisser un commentaire

JaredMinoxFina4
Vous voulez voir son témoignage ? Où dois-je envoyer le lien pour consulter sa méthode ?
 

Le Dr Guinter Kahn est un pionnier dans les traitements médicaux contre la perte de cheveux. Son nom est moins connu que le célèbre remède qu’il a inventé en 1973, le Minoxidil. C’est un traitement que l’on applique directement sur les zones dégarnies du crâne.

Le Minoxidil fut le premier et le seul médicament de ce type approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) pour traiter la calvitie androgénétique masculine et féminine. Il était (et est toujours) commercialisé sous les marques Regaine, Foligain, Alopexy ou Alostil. A l’époque, c’était un exploit car depuis de nombreuses années, des centaines d’inventeurs déposaient des demandes de brevets de ce type, sans aucun succès.

Jusqu’en 1997, il fut le seul traitement anti-chute approuvé par la FDA. Il est alors rejoint par le Finastéride, un traitement anti-chute à base de pilules et vendu sous les marques Proscar et Propecia.

Guinter Kahn est décédé en septembre 2014, à Miami, Floride, à l’âge de 80 ans. Etant donné l’impact de sa découverte pour les milliers d’hommes et de femmes qui vivent mal leur perte de cheveux, il mérite bien sa place dans la rubrique Chauves de la Semaine.

Ironie ou comble du comble, étant lui-même dégarni, il était allergique à son propre remède…

Son histoire et celle du Minoxidil

Guinter Kahn naît en Allemagne en 1934. Etant juive, sa famille fuit l’Allemagne nazie en 1938, direction les Etats Unis à Omaha, Nebraska. En 1958, il devient docteur en médecine à l’Université du Nebraska Medical Center. En 1959-1960, il travaille comme médecin urgentiste en Allemagne, puis devient chef du service de dermatologie de l’Université de Denver, Colorado après une formation à l’Université de Miami.

L’histoire du Minoxidil commence au début des années 1960, lorsque la firme Upjohn lance des recherches pour développer une molécule capable de traiter les ulcères. Les essais réalisés sur des chiens montrent que la formule ne guérit pas les ulcères, mais fait baisser la pression artérielle. Upjohn synthétise plus de 200 variations de la molécule. En 1963, il donne le nom de minoxidil à l’une d’entre elles.

La société demande alors, et reçoit, l’autorisation de la FDA pour tester ce nouveau médicament comme traitement pour l’hypertension. Il demandé à l’un de ses consultants, Charles A. Chidsey, d’étudier le minoxidil à l’Université de Médecine de Denver, où il était professeur.

Début 1971, le Dr Chidsey observe la croissance des poils et des cheveux chez les patients qui prennent ce médicament pour l’hypertension. Il demande l’avis du Dr Kahn et de son assistant, le Dr Paul J. Grant.

Les Dr Kahn et Grant commencent à examiner les patients, parmi lesquels une femme dont des poils ont poussé sur le corps et notamment sur le visage et les tempes. Et ils constatent les mêmes symptômes sur d’autres personnes traitées à base de minoxidil.

L'hirsutisme et la pilosité ne sont pas communes chez les femmes. C'est ce fait qui a conduit à l'usage du Minoxidil contre la calvitie

L’hirsutisme (ou l’extrême pilosité) est rare chez les femmes. C’est ce constat qui a conduit à l’usage du Minoxidil contre la calvitie.

Dès le départ, Guinter Kahn pense que ce serait novateur (et très rentable) de pouvoir appliquer ce traitement sur la partie supérieure du crâne. Ils se mettent donc à diluer et mélanger le Minoxidil afin de trouver le bon dosage pour une solution applicable par voie topique qui minimise les effets secondaires négatifs.

Fin 1971, ils finissent par trouver la bonne formule et se rendent au siège de Upjohn à Kalamazoo, dans le Michigan pour informer les scientifiques de leur découverte et les dirigeants sur cette potentielle « mine d’or ». Ils demandent une participation de 2 à 4 % dans la vente de tous les produits Upjohn qui comprennent du Minoxidil par voie topique. Les cadres ne répondent pas directement à leur requête. A cette époque, le Dr Kahn ne sait pas encore qu’il va devoir s’engager dans une bataille juridique féroce. Il devra se battre pendant 15 ans avant qu’on lui reconnaisse une co-paternité sur cette découverte sans précédent…..

Le 29 décembre 1971, la firme Upjohn, qui est alors devenue une unité de Pfizer, un des plus gros groupes pharmaceutiques mondiaux, dépose une demande de brevet officiel pour faire reconnaître le Minoxidil comme un traitement pour la repousse de cheveux. Sans rien dire aux Dr Kahn et Grant, elle crédite le Dr Chidsey comme seul inventeur. (Il avait été le premier à signaler la croissance des cheveux, en liaison avec ce médicament.)

Upjohn informe par ailleurs la F.D.A. que les Dr Kahn et Grant ont expérimenté le minoxidil sans les approbations nécessaires de l’agence qui ne leur avait donné des crédits (6000$) que pour faire des expérimentations sur des animaux.

De leur côté, le Dr Kahn et le Dr Grant expérimentent le procédé pour la première fois sur une personne chauve en 1973. Le médicament fonctionne à merveille. L’année suivante, ils déposent une demande de brevet et constatent qu’une demande pour le même médicament et la même utilisation a déjà été déposée, au crédit du Dr Chidsey.

Si un accord concernant les redevances financières est rapidement trouvé, ce n’est qu’en 1986 que l’office des brevets ajoute le nom du Dr Kahn à celui du Dr Chidsey. Ce combat, il le menait plus pour inscrire son nom dans la postérité en tant que scientifique et inventeur d’un traitement révolutionnaire contre la perte de cheveux. Le nom du Dr Grant n’est quant à lui pas crédité mais comme il le dit : « J’aurais été beaucoup plus vexé si on avait retiré mon nom des royalties« .

En effet, Upjohn consacre 100 millions de dollars pour développer le Rogaine (la forme commerciale du Minoxidil 2% aux USA), approuvé par la FDA en 1986. Les Dr Kahn et Grant touchent de 2 à 5% des ventes. A la fin des années 1980, il se vendait plus de 200 millions de dollars de Rogaine par an, rien qu’aux USA. Rappelons que le Minoxidil est (avec le Finastéride) le seul traitement médical officiellement reconnu pour son efficacité face à la chute et à la perte de cheveux.

En 1996, le brevet d’Upjohn expire, permettant au produit d’être vendu sous d’autres noms de marque. Depuis, ce médicament a été approuvé et reconnu pour son efficacité par de nombreuses agences de santé à travers le monde.

Il était allergique à son produit

C’est presque de l’ironie. Le Dr Kahn affichait lui-même un front dégarni de manière significative. Et malgré sa découverte, qui apparaissait comme révolutionnaire à l’époque, le dermatologue était allergique au Minoxidil. Il n’a jamais été en mesure de l’utiliser sur son cuir chevelu.

Ce qui souligne la  nécessité de consulter un spécialiste de la perte de cheveux avant de commencer tout traitement de ce type. Les réactions allergiques au Minoxidil sont rares, mais il y en a. Le Minoxidil a aussi ses inconvénients : il fonctionne mieux sur les premiers stades de la calvitie, et doit être appliqué deux fois par jour (à vie) pour maintenir la croissance des cheveux.

Le Dr Kahn est un pionnier. Son travail est à la base de bon nombre des nouveaux traitements disponibles aujourd’hui. En tant que tel, comment ne pas reconnaître l’impact qu’il a eu sur la vie d’innombrables hommes et femmes qui ont bénéficié de sa découverte.

Avec ses royalties, il se fit par ailleurs philanthrope investissant dans des écoles et des hôpitaux, aux USA et au Kenya. Tout en continuant ses activités de professeur d’Université, de conférencier et son cabinet privé de dermatologue. Il meurt à 80 ans à Miami, Floride en septembre 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *